Avez vous le courage de devenir entrepreneur ?

A moi la belle vie, les belles voiture, la belle maison, les beaux voyages et la fortune !

Voila ma pensée quand à 20 ans et quelques boutons, j’ai décidé de ma lancer dans l’entreprenariat. Autant vous le dire tout de suite, je crois que j’ai loupé un truc, car ça n’a pas fonctionné comme je souhaitais…

On va pas se mentir, on est entre nous : si j’ai voulu être à mon compte, c’est pour le pognon, l’argent, les euros ( les francs à l’époque ( ça rajeunit pas ! ), le cash, les pépettes, en bref, très bien gagner ma vie !

Malheureusement, la vie d’entrepreneur ce n’est pas créer son entreprise et gagner de l’argent tout de suite après !!! 

Entre ces 2 choses là, il y a quand même tout un tas d’étapes et d’emme…. . La comptabilité, les relations avec les banques ( le mec qui vous appelle pour vous dire qu’il n’y a plus de sous sur le compte ), les relations avec vos partenaires l’administration ( la gentille dame du RSI, celle du Trésor Public, l’Urssaf, les caisses de retraite, etc, etc… ).

Et à 17 h, l’heure où les gens normaux sortent du bureau, ben vous, non ! He oui, il y encore du boulot pour votre business : régler des petits problèmes techniques, se charger encore et encore des dossiers clients, répondre aux mails, faire des devis, faire la compta, faire des chèques à nos amis de l’administration ( tiens ça, ça revient souvent ), etc, etc, et c’est parti jusqu’à l’heure du dîner ( qui ne marque pas forcément la fin de votre journée… ).

Devenir entrepreneur, c’est un engagement.

L’engagement d’avoir les épaules larges, un moral d’acier et une force de travail ; Car il va falloir encaisser toutes sortes d’embûches, du stress quasi quotidien, du temps qui manque toujours, des week-ends passés à travailler, des nuits où on ne dort pas bien ( ah, les soucis ), des vacances écourtées ( quand il y en a ), mais aussi d’avoir des difficultés financières, etc…

Si vous vous plantez, vous serez seul, loin de l’état-providence, vous ne pourrez compter que sur vous-même. Cet engagement, il faut en avoir conscience pour s’y préparer, et tenir le coup : nous sommes loin de certains clichés qu’en devenant entrepreneur, les portes de la richesse et de la gloire nous sont grandes ouvertes, que l’on peut partir en vacances quand bon nous semble, que l’on ne peut travailler que 2-3 heures par jour.

Bien réfléchir avant de se lancer

Il est nécessaire, avant de prendre la décision de se mettre à son compte, de faire le point sur ce que vous allez perdre, mais aussi gagner.

reflechir-avant-d-entreprendreNe négligez pas cette étape, car devenir entrepreneur sans s’engager à fond dans ce process peut s’avérer fatal pour vous, votre famille, votre vie sociale et votre compte en banque. Toujours la tête dans le guidon, vous perdrez des amis, car ils vous délaisseront à force de refuser leurs invitations ( car vous avez toujours un boulot à faire pour votre business ), ceux-ci se détourneront de vous petit à petit.

Votre femme ( homme ) ou votre compagne ( compagnon ) n’est pas dans le même état d’esprit d’entreprendre que vous ? Elle ( il ) tient à ses week-ends et ses vacances ? Attendez vous à certaines tensions voire même une séparation dans les cas les plus extrêmes, j’en ai tellement vu dans mon entourage : votre couple doit être solide, très solide, car à la moindre difficulté, il peut exploser ; votre moitié(e) doit vous ressembler, et croire en vous.

Je vous conseille fortement de prendre une feuille, de tirer un trait au milieu, et d’indiquer les POUR et les CONTRE de votre futur vie d’entrepreneur : ne le faites pas seul, associez votre chèr(e) et tendre, et faites-le de manière froide, sans enrober la réalité des choses, vous aurez alors une vision claire.

Mais si après cette longue réflexion, vous décidez d’entreprendre, gonflé de courage, en connaissant les embûches à venir, vous êtes prêt pour une longue route.

Car être chef d’entreprise, c’est aussi de bonnes choses : le plaisir d’avancer pour soi, de gérer son temps comme on l’entend, l’éventualité d’avoir des revenus supérieurs à la moyenne, avoir une certaine reconnaissance des autres, et surtout de soi.

Si vous êtes déjà entrepreneur quels sont les principaux obstacles rencontrés ? Si vous souhaitez vous mettre à votre compte, qu’est-ce qui vous fait peur ?


Articles connexes

A propos de l'auteur

Serial entrepreneur et fan d’internet, j’ai crée et développé des business online et offline. Je souhaite mettre à disposition de tous les entrepreneurs en herbe, les trucs et les astuces tirées de mon expérience du terrain.

Laissez un commentaire 8 commentaires

samuel - 25 février 2014 Répondre

Salut,

Cet article me fait penser à un autre qui allait dans le même sens et était intitulé: “le seul ingrédient à avoir pour devenir entrepreneur”.

Dans cet article, on mettait l’accent sur l’engagement. Je pense qu’il est important d’être totalement engagé dans ce que l’on fait.

Mais par contre, n’étant pas encore marié, ni fiancé, je ne peux me prononcer sur le deuxième principe.

Cordialement,

Bruno Rebo - 25 février 2014 Répondre

Merci Samuel,

J’en ai malheureusement trop vu qui se sont découragés après coup, car ils n’avaient simplement pas imaginé les sacrifices à faire.

Il vaut mieux être prévenu dès le départ, on sait au moins à quoi s’attendre

Youcef - 8 mars 2014 Répondre

Salut Bruno, j’adore cet article et ton humour !

Après lecture, je me demande si tu as voulu Encourager ou Décourager ceux qui veulent se lancer…. 🙂

Oui c’est un parcours difficile, mais il y a une chose que j’aimerais ajouter : l’entrepreneur doit faire preuve de PERSÉVÉRANCE, il ne doit jamais abandonner. C’est à mon avis ce qui fait la différence entre ceux qui réussissent et ceux qui échouent, entre autres.
Il faut avoir un mental de samouraï.

Personnellement, ma principale difficulté est de gérer la transition entre un statut de salarié vers entrepreneur, tout en ayant une famille à faire vivre ! Tu vois, je bosse sur les deux fronts en ce moment, c’est une question d’organisation !

    Bruno Rebo - 10 mars 2014 Répondre

    Salut Youcef,

    Ni encouragement, ni découragement : juste mettre en garde, car l’entrepreneuriat m’a apporté pas mal de désillusions, et l’on voit partout sur le net qu’entreprendre c’est génial, qu’on va gagner plein de pognon, etc… Je voulais juste remettre les choses à leur juste place.

    La persévérance, oui, il en faut, mais il ne faut pas non plus persévérer coûte que coûte pour aller droit dans le mur : si un projet est pourri, il est pourri !

    Pour ta transition, je te souhaite beaucoup de courage : as-tu pris une feuille blanche et recensé les POUR et les CONTRE ???

Stephane - 4 mars 2015 Répondre

Et la corde ? Est-elle offerte pour le suicide ou il faut se la procurer tout seul comme un grand ? :p

Bon, oui, tu as raison, entreprendre, ce n’est pas un parcours de santé. Mais tu vois, tu aurais du lire la semaine de 4H00 de Ferriss, si, si, si. C’est ça que tu as loupé ^^

Quand je lit ton billet mon poulet, je me pose une question : qu’est-ce qui te fais avancer toi ? Parce que je sais que tu es encore dans le “trip”…

A – Ta femme t’a quitté, t’a plus que ton job.
B – T’es maso
C – Aucun patron ne voudrait t’embaucher
D – Tu as loupé le concours d’entrée au RSI o/
E – A + B ? :p

Y’a quand même pas mal de choses à positive à mettre en face. Alors, oui, oui, on est bien d’accord, c’est pas la belle vie tous les jours. Mais quand ça tourne, putain, c’est le pied quoi !

Bisous mon lapin !

    Bruno Rebo - 6 mars 2015 Répondre

    C’est justement pour éviter la corde qu’est né cet article … 😉
    Trêve de plaisanterie, ce qui me fait avancer ? Aucune de tes propositions, bien que la C pourrait en partie convenir…

    Ce qui me fait avancer c’est le souhait d’avancer comme je le désire, avec mes idées ( même si elles ne sont pas toujours bonnes, mais au moins c’est les miennes ) et ne pas être à la merci de décisions idiotes prises par des têtes pensantes, sur lesquelles je n’ai aucun pouvoir mais pour lesquelles je paierais inévitablement les pots cassés.

Bountynette - 2 mars 2016 Répondre

Bel article (et je suis objective) !

Pour ma part, j’ai réfléchis pendant 2 ans avant de me lancer dans cette aventure et d’annoncer à mes patrons que je les quittais (et 9 mois avant de les quitter réellement après leur avoir annoncé).

Ce qui m’a attiré dans l’entreprenariat ? C’est de pouvoir toucher à tout, compta, markéting, vente (en ce qui me concerne) et tout ce qui tourne autour du web. Je suis autodidacte et j’aime apprendre. Ma plus grande fierté aura été de créer mon entreprise toute seule (ou presque). C’est mon bébé et finalement c’est ça qui me rend la plus fière et qui me fait avancer.

Je ne sais plus qui a dit “On ne naît pas entrepreneur, on le devient”. C’est mon cas. Je kiffe ma nouvelle vie, même si c’est dur (besoin de vacaaaaances). Et même si c’était à refaire, je le referais. Et pour rien au monde je ne retournerai bosser derrière un bureau pour un patron qui gagne le quadruple de ma paye.

En tout cas, cet article a le mérite de prévenir car beaucoup se lancent sans réfléchir et ça c’est bien !

#sansrancune

    Bruno Rebo - 2 mars 2016 Répondre

    Merci pour ton commentaire.

    He oui, c’est dur d’être entrepreneur, mais on n’en prend la juste mesure que lorsque l’on est dedans ( ou le nez dans la …. ).
    Tout s’apprend, il faut vaincre ses peurs, être ouvert d’esprit, et se former, être à l’affut, apprendre de ses erreurs : celui qui n’apprend pas de ses erreurs va dans le mur.
    Et il n’y a pas d’échec, l’échec, c’est de ne pas avoir essayé, n’est-ce pas ? 🙂

    Et un patron ne gagne pas forcément le quadruple de la paye de ses salariés ( suis bien placé pour le savoir 🙁 )

    #sansrancune bien évidemment ( pour ceux qui lisent ce commentaire et qui ne comprennent pas, c’est entre nous deux, un petit accrochage ou incompréhension, au choix avec Bountynette sur un réseau social bien connu… )

Laisser un commentaire: